Sous l’impulsion d’un régime d’abattage durable et bien géré, la Papouasie – parée de la plus dense couverture forestière de l’Indonésie – aurait le potentiel de consacrer de larges revenus forestiers à son développement socioéconomique. Or la Papouasie demeure la région la plus pauvre du pays, notamment à cause de la corruption généralisée sévissant dans les secteurs public et privé. La maîtrise de la corruption doit passer par une refonte spécifique du système de gestion des revenus forestiers.
Les bailleurs de fonds peuvent favoriser cette refonte en s’engageant dans le renforcement des capacités des auditeurs, comptables et enquêteurs et en améliorant le contrôle des forêts et la production des rapports.