Cette note de synthèse démontre que pour concevoir des stratégies anticorruption plus efficaces, il est indispensable de penser la gouvernance autrement. Au lieu de prendre un modèle de gouvernance préconisé par l’OCDE pour évaluer les écarts entre la réalité des pays en développement et les institutions de l’OCDE, il serait plus judicieux que les décideurs politiques laissent les hypothèses de côté et soulèvent quelques questions. Quelles sont les causes sous-jacentes de la mauvaise gouvernance et des taux élevés de corruption au sein de tant de pays pauvres ? Que savons-nous des processus politiques permettant d’ériger des institutions publiques plus responsables et efficaces ?