L’ “absence de volonté politique” est souvent incriminée lorsque les programmes de lutte contre la corruption n’apportent pas les résultats escomptés. Cependant, malgré la fréquence avec laquelle on s’en sert pour justifier les mauvais résultats en matière de réformes, la volonté politique reste un concept mal défini et mal compris. En outre, les évaluations sont souvent réalisées à postériori sur des programmes qui ont échoué. En utilisant un modèle de volonté politique qui définit une série d’éléments d’action observables, mesurables, susceptibles de recevoir un soutien externe, il est possible de clarifier les différents degrés de volonté politique.