La protection des dénonciateurs, c’est‑à‑dire des individus qui, dans l’intérêt public, signalent de bonne foi un acte répréhensible, est aujourd’hui largement reconnue comme étant un outil essentiel pour renforcer la responsabilisation et la lutte contre la corruption dans les secteurs public et privé.

Les employés des organisations d’aide et de tout autre organisme public devraient être encouragés, au titre de leur devoir juridique et professionnel, à signaler les actes répréhensibles ou illicites dont ils sont témoins. Pour cela, ils doivent avant tout bénéficier d’une protection contre d’éventuelles représailles. Une méthode constructive de gestion basée sur la satisfaction des intérêts organisationnels plutôt que sur de seuls critères éthiques doit donc être mise en place.